Vous rêvez d'en finir avec les excès de nourriture sans frustration ? C'est possible. Pour cela, la clé essentielle est le ralentissement de la vitesse d'absorption des aliments. Une ingestion lente influe sur le rassasiement, la prise alimentaire et le stockage, et permet de limiter sans restriction la quantité ingérée.

Voici quelques conseils pour vous aider à manger à votre faim et pas plus.


Dégustez avec plus d'attention

Prêtez attention aux premières bouchées. L'aliment est-il salé ? trop sucré ? dur ou mou ? bon ou bof ? Cet " arrêt sur saveur " est essentiel car nous fantasmons le goût des bouchées suivantes. Ce qui explique que l'on puisse avaler jusqu’à la dernière bouchée un  gâteau au chocolat pas génial parce qu'on le fantasme délicieux ! Lorsque l'on prête réellement attention au goût, vient le moment ou le plaisir à manger s'émousse : le goût a changé, on peut s'arrêter.
Prenez de petites bouchées.
Utilisez vos dents, votre langue et votre palais.
Gardez les aliments en bouche suffisamment longtemps pour constater comme leur texture change (la croûte de pain se ramollit ; le chocolat, dur au départ, fond sur la langue...)
Posez vos couverts pendant que vous mastiquez.
Savourez les aliments un par un dans l'assiette ; un légume, puis un autre, la viande, la sauce, la feuille de salade, le brin de coriandre, le pain...Appréciez chaque goût distinctement puis associé à un ou deux autres.

Chaque changement de goût stimule les centres sensoriels du cerveau et participe au rassasiement .   


Mangez lentement

Il faut à notre organisme entre 20 et 30 minutes pour que les signaux de rassasiement soient enregistrés. En mangeant trop vite, on a toujours tendance à manger trop. Manger lentement permet d'apprécier des goûts agréables pendant plus longtemps avec une quantité modeste. C'est aussi meilleur pour la digestion.

Mastiquer est une étape essentielle de notre alimentation.

Nous ne mastiquons plus beaucoup car nous mangeons souvent  " mou "! Lorsque nous mâchons un message est envoyé au cerveau pour stimuler notre satiété. 
Bien mastiquer est le gage d'une véritable satiété, et non d'une satiété mécanique, liée à la digestion gastrique due à un repas pris trop rapidement.


Anticipez

Pour arriver à vous arrêter au bon moment, demandez-vous après chaque bouchée ou après chaque petite portion ce que vous préférez manger ensuite. Il est plus facile de ne pas finir ses spaghettis en les abandonnant pour le fromage ou le dessert. Faites une pause au milieu du repas.

Interrogez-vous : avez toujours très faim, moyennement faim, presque plus faim ?
 
Si vous vous sentez rassasiée, arrêtez-vous là. Même si vous pensez qu'il vous reste de la place pour le gâteau au chocolat. Dites-vous que vous l'apprécierez encore davantage plus tard. En revanche, si vous avez encore faim, poursuivez votre repas. Interrogez-vous couverts posés et bouche vide. Si le plaisir que vous prenez à manger faiblit, c'est que vous avez assez mangé.



Ne mangez pas pour Philippe, Paul ou Jacques...

Manger pour faire plaisir, se resservir pour ne pas vexer, engloutir son assiette sans lever le nez pour se protéger d'un climat agressif...Le groupe fait facilement émerger des comportements dysfonctionnels.
 
Restez branchée sur vos besoins réels.

Ne tenez pas compte des injonctions des uns et des autres, gardez votre cap. Evaluez votre satiété, arrêtez ou continuez même si vos compagnons font l'inverse. Quoi qu'il arrive, restez toujours centrée sur vos sensations corporelles.