Bien évidemment, vous savez ce qu'est la faim, cette sensation qui vous pousse à vous mettre à table ou à manger un petit quelque chose. Mais avez-vous vraiment faim ou seulement envie de manger? Il n'est pas toujours facile de faire la différence, car plusieurs types de faim cohabitent en nous, et nous ne savons pas forcément les reconnaître.
Réussir à les distinguer est l'une des clés d'un amaigrissement durable.


La faim physiologique

Elle se produit quand les cellules de notre cerveau commencent à manquer de carburant et se manifeste par un léger malaise qui nous indique que notre organisme a besoin de se recharger. Certaines personnes ressentent une fébrilité, suivie d'irritabilité. Des gargouillements peuvent se produire, une sensation de froid peut les envahir. D'autres éprouvent de petites douleurs au ventre pouvant aller jusqu'aux crampes d'estomac. D'autres encore ont des nausées, des vertiges.
Le besoin d'aliments est non sélectif. Le sujet affamé pourrait manger n'importe quoi. La sensation de faim ne donne pas d'information sur la quantité d'aliments à ingérer mais seulement sur le besoin d’ingérer dans un délai plus ou moins bref. Celui qui a peu faim peut attendre alors que celui qui a très faim doit manger dans un délai bref.
La  sensation de faim physiologique est indispensable car, sans elle, il ne peut y avoir de perception de rassasiement en fin de repas et, par là même, de régulation du poids.
Cette sensation est souvent inconnue chez ceux qui grignotent continuellement, mangent au-delà du rassasiement ou ceux qui sont en restriction cognitive.


La faim sensorielle ou appétit

Sentir la bonne odeur d'un plat qui mijote, voir une superbe tartelette aux myrtilles dans une pâtisserie entendre craquer la croûte d'une miche de pain toute chaude...Tout cela met nos sens en émoi et nous fait saliver.
La vue et l'odorat sont les sens qui excitent le plus l'appétit. Et puis bien sûr, il y a le goût. Parfois la faim sensorielle nous pousse à manger plus que nécessaire, juste parce que c'est bon. A chaque sensation gustative nous associons une émotion, positive ou négative. C'est pourquoi nous pouvons provoquer une envie de manger rien que par la pensée.
L'appétit ne correspond en rien à un besoin physiologique. Au contraire de la faim physiologique, il peut perturber la sensation de rassasiement, amenant plaisir et réconfort mais aussi surpoids et maladie.
L'appétit est donc au centre de la régulation du poids par son apport calorique, sensoriel et émotionnel. Si certains d'entre nous, que l'on pourrait nommer les "bien régulés", créent un filtre salutaire à l'exposition nutritionnelle permanente, d'autres ont plus de mal à gérer leur appétit.
Cet équilibre entre faim physiologique et appétit est le garant d'un équilibre du poids si l'on sait les différencier et les gérer car le plaisir des sens déclenche un meilleur rassasiement.
Pour une personne gourmande soit comblée, il ne suffit pas qu'elle trouve l'aliment bon, il faut aussi qu'elle le consomme avec faim. Pour une vraie gourmande, manger sans faim un aliment exceptionnel , c'est le gâcher.


La faim affective 

C'est la faim du coeur. Nous transférons alors sur la nourriture un sentiment qui n'a rien à voir avec la faim. C'est ce qui se passe lorsque nous mageons pour tromper l'ennui, étouffer une colère, apaiser un stress...Se "remplir" devient un moyen de mettre fin à une pensée désagréable, de surmonter une crise d'angoisse, de diminuer une souffrance.
Cette faim est la plus difficile à maîtriser.




Ces trois faims sont nécessaires à notre survie et à notre épanouissement. N'ayez pas peur d'écouter vos différents besoins les uns après les autres. N'ayez pas peur de manger à votre faim : beaucoup si le ventre vous tiraille, peu, voire rien du tout, si la faim n'est pas au rendez-vous.
Prenez votre temps, trouvez des moments de calme pour réfléchir sur vous et votre comportement.

Ecoutez vos sensations et vos émotions.